Eaglestone prend son envol

17/01/2013

En un an à peine, le promoteur bruxellois Eaglestone a déjà concrétisé plusieurs opérations signifi­catives dans un marché lugé peu porteur par les opérateurs traditionnels, mais qui lui convient parfaite­ment pour faire valoir ses atouts et prendre des positions rapides en profitant de sa bonne capitalisation (50 millions d’euros de fonds propres). Avant la trêve des confiseurs, deux opérations de revente de projets ont déjà été finalisées dès obtention du permis d’urbanisme: la vente à Orpea (Marc Verbruggen) d’un immeuble de bureaux, sis chaussée de La Hulpe,154 à Watermael-Boitsfort, à reconvertir en maison pour personnes âgées; et celle au promoteur Area Real Estate (Charles De Pauvv), du projet ucclois baptisé VerChasseur (chaussée de Waterloo), comprenant 14 appartements de standing et six commerces. Le permis de ce deuxième projet avait été obtenu fin novembre. Interrogés sur les raisons de cette rapidité, Nicolas Orts (CEO d’Eaglestone) et Thérècia Landell (managing director) se disent attentifs à valoriser leurs investisse­ments au moment opportun selon le marché actuel. «Nous nous positionnons clairement en opériteur opportuniste. Si nous devons développer pour bien vendre, nous sommes prèts et capables de le faire. Mais si nous parvenons à remplir nos objectifs de marge tout en cédant nos projets en amont à un investisseur qui préfère coordonner le déve­loppement du projet, nous passons la main sans difficulté», résume Nicolas Orts. Sur le segment privilégié — logements, bureaux ou autres fonctions —, Nicolas Orts se dit également opportu­niste selon le lieu et le marché. «La reconversion est un axe stratégique fort pour nous: les immeubles de bureaux acquis boulevard du Souverain ou chaussée de La Hulpe acquièrent pour l’instant davantage de valeur une fois reconvertis en loge­ments. Mais si un occupant ferme est identifié, nous ne fermons pas la porte aux bureaux. La preuve à Jambes (Namur). où nous construi­rons un nouveau siège admi­nistratif pour la compagnie d’assurance-crédit Atradius (ex-Gerling) tout en valo­risant, notamment en loge­ments (12.000 m2) et en bu­reaux (23.000 m2 en tout), le terrain de 3ha que nous avons racheté, Nous allons d’ailleurs introduire très pro­chainement le permis d’urbanisme de l’ensemble du projet dessiné par le bu­reau d’architectes DDS Partners. Et c’est Cobelba (Besix) qui construira le siège d’Atradius.» Nicolas Orts et Thérècia Landell. affichent chacun près de 20 ans d’expertise en immobilier. Le premier était jusqu’à l’été dernier un des administrateurs délégués de CBRE Belux. La seconde a été chef de projet au sein de la filiale belge de la société de construction d’origine suédoise JM Construction, d’ailleurs créée par son père, avant de rejoindre CBRE Belux. C’est dire si l’expert’ complémentaire des deux. patrons, qui ont mùri leur projet durant des anné permet de nourrir de sérieuses ambitions. Ces deux premiers essais rapidement réussis devraien rassurer les actionnaires de référence de la jeune sociétélli D’autant que les projets ne manquent pas dans les cartons. A Etterbeek, sur le site longtemps occupé par la société SMALS, Eaglestone prévoit de lancer rapidement un développement de logements (90 apparte­ments). Le projet, dessiné par Archi 2000, est actuellement l’objet d’une demande de permis. Les prix de commer­cialisation devraient tourner autour de 3.500 euros le m2. «Nous espérons encore pouvoir obtenir le permis d’urbanisme en 2013», lance Thérècia Landell, impatiente de signer un projet de A à Z avec sa nouvelle griffe. Bon sang frais ne peut mentir: ce!!:;-ci s’appellera Aquila.

 

Click here to read the full article
Contact us